International

Rapport sur la circoncision : une modalité discutable de réduction des risques de transmission du VIH

Publié le 24 mai 2007

Membres de la Commission de travail sur la circoncision :
- Willy Rozenbaum, Président ;
- François Bourdillon ; Vice Président ;
- Jean-Pierre Dozon ;
- Samir Hamamah ;
- William Lowenstein ;
- Danielle Quantinet ;
- Muriel Vray

Rapporteurs : Marc Dixneuf ; Anthony Poncier.

Une première étude de courte durée sur la circoncision menée par l’Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) à Orange Farm en Afrique du Sud, démontre une diminution de 60 % du risque de transmission du VIH chez les hommes circoncis ayant des rapports hétérosexuels [1]. Par la suite, deux autres essais menés par le National Institutes of Health (NIH), l’un à Kisumu au Kenya [2], l’autre à Rakai en Ouganda [3] ont révélé une réduction d’environ 50 % des risques d’infection par le VIH dans le cadre de rapports hétérosexuels chez les hommes qui ont été circoncis. A la suite de ces résultats, l’OMS et l’Onusida ont organisé rapidement une réunion d’experts dont les conclusions visent à « considérer la circoncision comme un moyen supplémentaire important de réduire le risque de transmission hétérosexuelle de l’infection à VIH chez l’homme. » [4]. La circoncision apparaît donc comme un outil de réduction des risques possible dans des situations spécifiques. Cependant, en même temps que l’interprétation des résultats, des études suscitent des débats dans la communauté scientifique, elle soulève aussi un ensemble de questions quant à sa mise en oeuvre et à sa place dans la stratégie de santé publique. La forte médiatisation des récents résultats des recherches et la confusion que cela a entraîné sur la compréhension des messages de prévention amène le Conseil national du sida (CNS) à vouloir clarifier la situation.

Notes

[1]Auvert B, Taljaard D, Lagarde E, Sobngwi-Tambekou J, Sitta R, Puren A. Randomized, controlled intervention trial of male circumcision for reduction on HIV infection risk : the ANRS Trial. Plos Med 2005 ; 2(11) : e298.

[2]Bailey RC, Moses S, Parker C, Agot K, Maclean I, Krieger JN, Williams CFM, Campbell RT, Ndinya-Achola JO. Male circumcision for HIV prevention in young men in Kisumu, Kenya : A randomised controlled trial. The Lancet 2007 ; 369 : 643-56.

[3]Gray RH, Kigozi G, Serwadda D, Makumbi F, Watya S, Nalugoda F, Kiwanuka N, Moulton LH, Chaudhary MA, Chen MZ, Sewankambo NK, Wabwire-Mangen F, Bacon MC, Williams CFM, Opendi P, Reynolds SJ, Laeyendecker O, Quinn TC, Wawer MJ. Male circumcision for HIV prevention in young men in Rakai, Uganda : A randomised controlled trial. The Lancet 2007 ; 369 : 657-66.

[4]Communiqué de presse conjoint Oms/Onusida du 28 mars : L’OMS et l’ONUSIDA rendent publiques les recommandations d’une consultation d’experts sur la circoncision pour la prévention du VIH. http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2007/pr10/fr/index.html

Traduction disponible

Télécharger en PDF

Rapport sur la circoncision : une modalité discutable de réduction des risques de transmission du VIH
[PDF - 162.2 ko]

Consulter les actualités